Texte du meeting d’Athènes, Grèce, Comité d’action chemtrails/géoingéniérie, Décembre 2010

Bonsoir

Nous sommes venus ensemble, ce soir pour parler aux gens

Et d’abord, parler à nos amis de Chypre

De la création  d’un comité de lutte

car nos amis de Chypre qui se qui se préoccupent des épandages aériens

ont créé un tel comité, cette année et nous donnent l’exemple.

Nous voulons donc, ce soir amorcer le processus, et le dialogue afin qu’un tel mouvement puisse démarrer, ici, à Athènes.

Peut  être devrions-nous nous présenter :

Je m’appelle Wayne Hall. J’habite à Egine.

Je me préoccupe des épandages aériens depuis 7-8 ans. M Katsaros dira la suite…

Nikos Katsaros . je suis scientifique, au Centre de Recherche Démocrite

Je m’appelle Catherine Collin Je suis moitié Brésilienne et moitié Française.

J’habite à Athènes et je vois des chemtrails tous les jours On est aspergés tous les jours

Je veux m’occuper de ça plus systématiquement.

Cette année, il y a eu des développements sur ce sujet : d’abord, après le « plouf » de Copenhague, on a entendu parler, de manière assez générale de quelque chose nommé « géoingéniérie ».

Un groupe, l’ « ETC group » a fondé un mouvement appelé : « Hands off Mother Earth » (Pas touche à la Terre-Mère ). Je ne sais pas si Monsieur Katsaros veut dire quelque chose sur cette initiative, que nous avons soutenue concrètement :

nous avons mis sur notre site internet une lettre ouverte à « Hands off Mother Earth » pour signifier notre soutien à l’initiative de l’ETC Group et au mouvement « Hands off Mother Earth ». Je ne sais pas si Monsieur Katsaros veut quelque chose à ce sujet :

Nikos Katsaros : «Oui, pour commencer, disons quelques mots sur ce que sont ces épandages aériens chimiques, ces « chemtrails » comme on dit couramment. Beaucoup de gens dans le monde entier et particulièrement dans les pays de l’OTAN ont observé des avions, sans marques précises, qui laissaient des traînées blanches dans le ciel, lesquelles, contrairement aux traînées ordinaires ne disparaissent pas après quelques minutes mais restent longtemps dans le ciel  et s’étalent.

De plus, les avions qui laissent ces traces derrière eux ne volent pas en droite ligne mais font des quadrillages ou volent en zig-zag.

Ce qui fait que beaucoup de gens se demandent ce qui se passe et avec quoi ils nous aspergent.

et alors que jusqu’à aujourd’hui, aucune réponse responsable n’ait été donnée, les gouvernements ont laissé courir l’idée, comme si c’était fait pour le bien de l’humanité, que c’est un moyen de lutter contre l’effet de serre, en d’autres termes, de prévenir le réchauffement – ou le changement- climatique ; dans ces traînées d’avions, dans le carburant, « ils » mettent des particules d’aluminium et de baryum qui réfléchissent le rayonnement solaire ; moins de rayonnement solaire atteint la terre, donc les températures baissent.

C’est ainsi que l’on traite le phénomène de l’effet de serre, avec des particules d’Aluminium, et de Baryum.

Il faut noter que l’aluminium et le baryum sont des substances toxiques.                                                                                                                                                                               Quelque soit le temps durant lequel elles restent dans le ciel, elles finissent toujours par retomber, polluent les sources d’eau et la chaine alimentaire.  Elles ne vont pas seulement affecter la santé humaine mais aussi détruire l’environnement

WH : Monsieur Katsaros …

Nikos Katsaros : c’est la raison pour laquelle nous nous opposons à ces épandages – personne ne sait exactement ce que c’est ; c’est tout ce qu’on peut savoir et aucun gouvernement ne donne de vraie réponse.

WH: Monsieur Katsaros ; pensez-vous que l’objectif de ces épandages soit la géoingéniérie ? C’est ce que laisseraient entendre certaines déclarations- pas officielles-

Nikos Katsaros: Pour commencer, la géo-ingénierie est une nouvelle science qui est apparue dans les dix dernières années et qui a pour objectif la manipulation des grands phénomènes planétaires.

Un des ces phénomènes est le changement climatique

Donc, une partie de la géo-ingénierie comprend, à l échelle planétaire, de traiter le phénomène d’effet de serre.

Des scientifiques connus, comme Paul Crutzen qui a reçu le prix Nobel pour la découverte du trou dans la couche d’Ozone, ont recommandé quelque chose de similaire aux chemtrails, avec épandage de substances chimiques .                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 C’est à dire qu’il a recommandé que des particules – dans ce cas de souffre – soient envoyées très haut dans l’atmosphère pour renvoyer une partie du rayonnement solaire, afin que moins de rayonnement atteignent la terre, ce qui résoudrait l’effet de serre.

Ainsi la géo-ingénierie, qui propose aussi d’autres solutions, comprend cette activité qui est appelée « épandages aériens » ou chemtrails.

Et nous, en tant que comité d’action, nous nous opposons à l’épandage de produits chimiques, tant à ces épandages qu’à la géoingéniérie, parce que les conséquences d’expérimentations planétaires de ce genre sont inconnues et ne devraient pas être mises en oeuvre avant d’être sûr que cela sera sans conséquences pour l’environnement, pour la santé humaine et pour l’eau potable.

WH: Catherine, est-ce que vous croyez que les épandages ont pour objectif la géo-ingénierie ?

Catherine Collin: Peut-être. Peut-être que oui, peut -être que non. J’ai été malade à cause des épandages à Athènes. Et mes deux chats vomissaient quand les épandages étaient particulièrement intenses.

Monsieur Katsaros a certainement raison quand il affirme que les épandages peuvent avoir des conséquences très mauvaises pour la santé.

WH: Certaines personnes qui ne croient pas à la théorie du changement climatique – les sceptiques- pensent que les épandages se font pour d’autres raisons.

C’est pour ça que je demande.

Catherine Collin: Oui, le changement climatique est une idée trompeuse. Tant qu’on discute du changement climatique, on ne discute pas des épandages.

On reste sur le sujet de l’existence ou pas du changement climatique. Le changement climatique peut exister pour d’autres raisons que les causes humaines. Ce peut être le changement de l’axe de la terre quand la comète Phaéton est passée. Beaucoup des comètes sont passées très proches de la terre.

Il y a eu un changement dans l’axe et cela peut être en relation[1] [2].

WH: Mon opinion est que, dans la situation où on est, le pourquoi des épandages ne change pas grand chose à l’affaire.

Certains disent des choses du genre : c’est pour nous tuer, pour diminuer la fertilité, etc. …ou alors c’est pour préparer la terre aux semences génétiquement modifiées de Monsanto, qui sont résistantes à l’Aluminium ;

ou encore c’est pour faciliter les opérations de H.A.A.R.P. ou alors c’est vraiment ce qu’ils disent : réduire la quantité de rayonnement solaire qui parvient à la terre.

Le fait est que, toutes ces idées sont considérées comme faisant partie d’une théorie du complot, et sont donc exclues des discussions publiques.La seul sujet qui commence à être admis, c’est celui de la géo-ingénierie, parce que, particulièrement après la faillite du sommet du climat a Copenhague, les gouvernements et, particulièrement le gouvernement Américain essaient de s’assurer le consentement du public face à l’idée que la géo-ingénierie puisse être une solution au problème du changement climatique.

Et cela détermine le cadre de la discussion.

Cette discussion est permise. C’est donc pour ça que nous la tenons.

 

DEUXIE ME PARTIE

Voulez- vous dire quelque chose ?

Nikos Katsaros:

Oui, c’est prévisible, Wayne, que du moment qu’aucun gouvernement ne dit officiellement le pourquoi de ces épandages chimiques, des scénarios de complot apparaissent.

Et beaucoup des ces scénarios affirment qu’après des épandages aériens un certain nombre de gens souffrent de maux de tête, ont des étourdissements ou des malaises.

Il y a eu le cas, il y a quelques années, de la ville d’Hispaniola au Canada, où 90% de la population locale, a eu des symptômes de grippe après des épandages aériens. Les gens ont appelé le service de santé du gouvernement Canadien qui a examiné les habitants et trouvé que 90% de la population souffrait effectivement d’une étrange sorte d’infection virale mais ils n’ont jamais dit à ces personnes d’où était venue cette infection, quels étaient les faits, et ce qui arrivait exactement après les épandages chimiques.

Ainsi, l’exigence est – et notre mouvement insiste là-dessus – que les responsables gouvernementaux de chaque pays où ces chemtrails sont observés, donnent une réponse responsable et objective sur ce qui se passe et, si ce que nous disons est bien réel, sur le pourquoi cela est fait. Quels buts cela sert-il et comment pouvons-nous nous protéger de telles expériences ?

Ainsi la géoingéniérie qui est un sujet annexe mais qui comprend les épandages chimiques, doit être traitée en conséquence, car il y a eu des conférences internationales et la géo-ingénierie est maintenant une branche reconnue de la science qui introduit des mesures spécifiques et des expériences planétaires de prévention de phénomènes qui concernent, qui affectent la planète toute entière.

WH: Monsieur Katsaros, vous étiez récemment en Chypre, où vous avez été invité par des parlementaires et, je crois, par un groupe des citoyens- LE groupe de citoyens, ce comité d’action pour être plus spécifique.

Mais, peut être pouvez-vous nous décrire votre voyage à Chypre.

Nikos Katsaros: J’ai vu qu’à Chypre il y a une vraie démocratie ;Je dis ça dans le sens où en Grèce on a dû se battre pendant des années pour obtenir du parlement une réponse officielle à la question de savoir si ces épandages ont lieu et pourquoi.

Et jusqu’à présent personne ne nous a donné de réponse officielle. Au contraire, ils nous ont ignorés ;

alors qu’a Chypre, le Comité pour l’environnement du parlement de la République de Chypre a été convoqué ; tous les parlementaires du Comité pour l’Environnement du Parlement Chypriote étaient présents et en même temps ils ont convoqué des hauts fonctionnaires : du Ministère des relations extérieures, du Ministère de la défense, du Ministère de l’Intérieur, du Ministère de l’environnement, du Ministère de la santé, du Ministère du développement de l’agriculture, des services des eaux, du service de la météorologie de l’autorité de l’aviation civile, ainsi que d’autres fonctionnaires de l’état et ils ont aussi  invité un représentant de la base militaire anglaise d’Akrotiri.

C’était donc une vaste et sérieuse discussion sur le phénomène des épandages aériens qui a été convoquée. Je dois dire que, en réponse à la prise de position et aux témoignages du groupe « Initiative Citoyenne contre les épandages chimiques aériens » de nombreuses réponses ont étés données par les fonctionnaires en question.

Et, finalement, il y a eu un accord unanime du Comité de l’environnement du parlement Chypriote sur la prise de position suivante : après des épandages chimiques, des avions spéciaux devraient être envoyés pour collecter, dans des filtres spéciaux la poussière de ces nuages afin d’en faire des analyses ; ensuite une réponse officielle sera donnée sur les substances trouvées dans ces épandages chimiques, pourquoi ils sont menés et, et se ce n’est pas le cas, pour rassurer le peuple chypriote qui suppose que ces épandages sont orchestrés probablement depuis la base d’Akrotiri. Cela influe sur beaucoup de phénomènes, et diverses autres protestations ont surgi alors.

Mais le fait est que le Parlement Chypriote a fait preuve d’une position responsable sur ce sujet, et je crois qu’ils vont continuer avec l’engagement qu’ils ont pris de mener des expériences afin de démontrer si quelque chose de tel se passe à Chypre ou non. Et le Comité d’initiative citoyenne contre les épandages chimiques en contrôlera l’exécution et utilisera les médias pour informer le peuple de ce qu’il en est de ces épandages.

WH: Monsieur Katsaros, parlons un peu de ce que signifie la position des Chypriotes, car ce qui s’est passé à Chypre est unique. C’est une initiative des Verts de Chypre, qui ont un représentant Parlementaire,  Monsieur Perdikis, impliqué au sujet des épandages.

Que le groupe des Verts soit autant impliqué dans ce sujet est un fait qui n’a d’équivalent dans aucun autre pays au monde, bien qu’il y ait eu beaucoup d’appels de citoyens aux partis des Verts. Pas de réponse, sauf à Chypre, et, peut être, notre espoir maintenant, est que cela fasse exemple et se propage.

Nous ne devons pas oublier non plus que trois membres du parti des Verts du Parlement Allemand ont ouvert un procès contre leur gouvernement par ce qu’il y a eu des épandages de produits chimiques et qu’ils n’en ont pas été informés.

Alors, ça serait bien maintenant, que ce soit le mouvement des Verts à Chypre ou le Grec, ici, ou n’importe où ailleurs, qui fasse pression sur les responsables gouvernementaux afin qu’ils donnent des réponses honnêtes et responsables à la question des épandages chimiques aériens observés par des milliers des personnes dans le monde entier.

C’est ainsi que notre comité d’action pense faire pression sur le gouvernement Grec et sur les fonctionnaires aux postes de responsabilité pour obtenir une réponse responsable. La même chose, je pense, doit se passer dans d’autres pays, car il existe des mouvements citoyens dans ces pays aussi. Beaucoup ont déjà bien sûr, interpellé leur gouvernement. Ces questions n’ont pas reçu de réponse mais plus cette pression des citoyens sur leurs gouvernements va s’intensifier, plus ils vont se trouver obligés de nous dire ce qui se passe. Si c’est pour le bien de l’humanité pourquoi n’est-ce pas médiatisé afin que la communauté scientifique et tous ceux qui le peuvent, aident à résoudre le problème de l’effet de serre ou du changement climatique, comme ils le décrivent, comme ils nous le donnent à comprendre.

WH: Parlons maintenant du moratoire qui a été adopté à la convention Internationale sur la biodiversité des Nations Unies.

Ce moratoire était le produit d’une initiative de l’ETC group (que nous avons déjà mentionné). Ils ont réussi à obtenir le soutien de presque tous les états membres sauf celui des Etats Unis et quelques autres instances – insignifiantes[3] –.

Donc pour l’essentiel, tous les Etats membres soutiennent ce moratoire, ce qui veut dire que la géo-ingénierie et, spécialement ce qu’on appelle la « gestion de la radiation solaire » (le phénomène qui est lié aux épandages chimiques dans la conscience populaire) est, maintenant, illégal et cela mérite d’être connu.

Cela a été occulté par les medias. Peu de gens le savent, mais malgré tout ce moratoire a été adopté et la question maintenant est : quelle est notre réaction ?

On a découvert qui était le représentant de la Grèce à cette convention. Et je pense que la prochaine étape est de parler avec ces personnes, de leur demander leur opinion et les raisons pour lesquelles   l’Etat Grec a signé un moratoire qu’il ne respecte pas.

Que pensez-vous de ça ?

Nikos Katsaros: C’est vraiment un sujet très sérieux, car beaucoup de gens qui ont entendu parler pour la première fois des chemtrails par nous, ont pensé soit qu’on était ridicules, soit qu’on était des rêveurs et, dans beaucoup de cas, nous avons été la cible de remarques ironiques. Et maintenant, voilà que les Nations Unies tiennent une conférence sur la diversité biologique et reconnaissent officiellement qu’il faut faire un moratoire sur la géo-ingénierie (suspendre les activités), et particulièrement suspendre les activités déjà programmées ou déjà en cours sous la forme des épandages aériens, pour les cinq années à venir.

Nous avons donc la reconnaissance officielle des Nations Unies que de telles expérimentations ont lieu ou vont avoir lieu prochainement ; et comme cela sème le doute au sujet de la sécurité des gens relativement aux chemtrails, il y a un moratoire, ce qui veut dire un arrêt de cette activité pour les cinq prochaines années.

C’est donc une reconnaissance officielle et je m’adresse moi-même à tous ceux qui pensent que nous sommes des marginaux, font de nous l’objet de commentaires ironiques, nous prennent pour des imbéciles avec la tête dans les nuages : les Nations Unies, elles mêmes reconnaissent ce qui se passe ou ce qui est programmé et avertissent que cela ne devrait pas être.

C’est l’autre grande responsabilité du gouvernement Grec et du président du comité de l’environnement du parlement Grec qui était présent et a signé ce moratoire, de nous dire si ces épandages ont lieu, spécifiquement en Grèce, s’ils sont planifiés et ce que les autorités ont l’intention de faire finalement.

Les autorités et l’Etat doivent répondre à cette question.

Et nous, en tant que citoyens actifs, Catherine aussi, et vous, nous tous, devons aider à faire pression sur le gouvernement afin qu’il donne une réponse officielle.

Etant donné qu’il a VOTE ce moratoire, quelles sont les mesures qu’il va prendre.

On ne peut plus attendre.

WH: Monsieur Katsaros, je suis né en Australie et je suis toujours en relation avec l’Australie. Grâce à l’initiative que nous avons prise, j’ai découvert qu’en Australie aussi certains activistes des chemtrails ont trouvé les noms des gens qui sont allés à Nagoya et ils vont leur poser la même question.

Catherine, toi qui as vécu dans des plusieurs pays ; penses-tu que l’on puisse poser la même question dans plusieurs pays ?

Catherine Collin: Oui, oui, en France, d’où je viens, il y a des gens qui sont préoccupés par les chemtrails, par ce qu’ils voient, par ce qu’ils sentent, autant qu’en Suisse et au Brésil.

WH: Bien sûr, beaucoup des gens sont méfiants vis-à-vis du moratoire.

Particulièrement les sceptiques et ceux qui n’aiment pas les Nations Unies.

Ils pensent que les Nations Unies sont peut être pires que les épandages.

Avez-vous déjà remarqué cela ?

Catherine Collin : j’ai lu que les Nations Unies avaient un droit acquis pour contrôler la géo-ingénierie.

Ils veulent en avoir le contrôle en dernier recours.

Le moratoire n’est que pour la vitrine, finalement.

WH: L’ ETC Group pense qu’il est préférable que les Nations Unies en aient la responsabilité, plutôt que les Etats Unis ou la Royal Society en Angleterre.

La Royal Society a commencé à tenir une discussion sur le sujet, en Angleterre.

Jusqu’à présent, comme le dit l’ETC Group, toutes ces discussions sur la géo-ingénierie sont plutôt une initiative Anglo-Saxonne.

Parce qu’un aucun autre pays n’y participe, particulièrement pas les pays pauvres.

C’est pour cette raison que l’ ETC Group pense qu’il est préférable, pour le contrôle de la géoingéniérie, que les discussions se tiennent aux Nations Unies.

Nikos Katsaros: J’aimerais ajouter ici que le point de vue de ces sceptiques qui ne reconnaissent pas cette décision des Nations Unies, est justifié dans une certaine mesure sur ce point parce qu’il y a bien un article dans la charte des Nations Unies qui interdit les expérimentations dans le but de changer le climat car ils craignent que ce faisant, la régulation du climat permette le développement de la nouvelle génération d’armes de destruction massive.

Mais, avec cette initiative des Nations Unies il a été au moins reconnu que personne n’a le droit de contrôler la lumière solaire qui atteint la Terre parce que ce contrôle du rayonnement solaire a pour but de modifier le climat avec des conséquences inconnues ou des conséquences qui ne bénéficieraient qu’à certains individus, pour des raisons encore inconnues.

Donc c’est très positif et tout un chacun, de son propre point de vue, devrait soutenir cette décision prise par les Nations Unies ;

et les responsables gouvernementaux, en particulier ceux des pays qui l’ont signée, devraient déclarer explicitement et catégoriquement quelles mesures ils vont prendre et aussi faire pression sur les gouvernements des grandes puissances, comme les Etats Unis, pour qu’ils donnent la raison pour laquelle ils n’ont pas signé et quel est leur objectif.

WH: Pour autant que le groupe ETC soit concerné, ce qui a commencé avec le mouvement « Ôte tes mains de la mère terre [4]», je crois, et je pense que tout le monde le croit aussi, que leur opposition à la géo-ingénierie est honnête. Mais rien de ce qu’il disent au sujet de la géo-ingénierie ne l’est

Par exemple que les programmes de géo-ingénierie n’ont pas encore été mis en application à grande échelle.

Peut être que ce manque de franchise de la part de l’ ETC Group était en quelque sorte la taxe à payer pour être plus au cœur de l’action, plus à l’intérieur des discussions que nous n’y sommes par exemple.

Mais nous ne pourrons accepter une collaboration directe ou un dialogue avec eux que lorsqu’ils nous donneront l’assurance qu’ils ne discuteront plus devant les medias de l’existence ou non des chemtrails.

C’est le sujet qui préoccupe les medias.

Ce n’est pas un sujet qui nous préoccupe parce que nous sommes sûrs de ce que nous croyons.

Je ne crois pas qu’il préoccupe l’ ETC Group non plus.

Mais l’ ETC Group fonctionne de telle manière que, quand les journalistes arrivent avec des questions, ils doivent leur dire quelque chose.

Je pense que s’ils veulent de la collaboration, ou discuter avec nous, ils parleront avec nous et pas avec les medias. C’est peut être une position dure mais bien sûr ça n’exclue pas notre soutien, car nous les soutenons, sans réserves

Mais c’est une question de collaboration et de discussion, nous voulons de l’honnêteté.

Je ne sais pas ce que vous voulez dire là-dessus, sur l’ ETC Group.

Catherine Collin: Oui, nous sommes complètement d’accord.

Nikos Katsaros: J’aimerais ajouter que, du fait que beaucoup des gens qui nous écoutent ne savent pas ce qu’est l’ ETC Group, qu’il y a –partout sur la planète- différents mouvements, avec différents points de vue, en relation à la fois avec la géoingéniérie et avec notre sujet spécifique des épandages aériens.

Ils ont tous une finalité commune : faire connaître ce sujet parce que, que cela soit en voie de développement ou que ce soit déjà en application, il y a, de mon point de vue, un pas de fait : celui de la reconnaissance que de telles expérimentations sont programmées ou sont déjà en cours et doivent être évitées.

Aussi pouvons-nous applaudir et accueillir cette initiative des Nations Unies.

Mais la chose la plus importante est que nous devons faire pression sur les gouvernements, en particulier ceux qui ont signé.

WH: En relation avec le changement climatique, beaucoup d’ activistes contre les épandages chimiques sont aussi des sceptiques à ce sujet.

4é partie

Mais il n’est pas obligatoire d’être climato-sceptique pour s’accorder sur le fait que les pratiques proposées pour faire face au changement du climat (géo-ingénierie, énergie nucléaire, négociation de la pollution, plantes modifiées génétiquement, utilisation des plantes comme carburant et non pas comme nourriture) représentent un problème plus grave que le changement climatique lui-même.

Tous ces phénomènes sont justifiés en tant que traitement du changement climatique.

C’est un grave problème.

Nikos Katsaros: C’est un grave problème derrière lequel se cache certainement, un grand pouvoir, spécifiquement celui des grandes sociétés internationales qui essayent de tirer avantage de tout ce qui est possible en faisant de la publicité sur les conséquences négatives du changement climatique.

Je reste optimiste sur le fait qu’on a le temps d’éviter le phénomène du changement climatique si un accord peut être trouvé entre les états du monde, qui aboutirait par l’initiative des Nations Unies et que, par la même occasion, les grandes multinationales qui oeuvrent à exploiter le phénomène du changement climatique pour leur propre avantage, pour en tirer profit, soient nommées.

Et on doit noter que des compagnies privées sont apparues partout dans le monde, qui promettent de changer le climat, ce qui veut dire causer des sécheresses dans certaines régions ou faire pleuvoir ailleurs, et ceci même à des fins privées.

Donc nous devons lutter par tous les moyens pour empêcher ces grandes compagnies d’exploiter ce phénomène à leur propre avantage.

C’est réel, ça existe mais certains l’interprètent à leur manière, ce qui fait que les grandes compagnies peuvent en tirer autant d’avantages qu’elles veulent, qu’elles soient Monsanto, de grandes compagnies pharmaceutiques ou de fourniture de produits agricoles.

WH: Bien, avons-nous quelque chose à ajouter à ce qu’on a dit ?

J’ai entendu dire, qu’hier, une réunion a eu lieu à Larissa avec beaucoup de gens et qu’un comité local a été formé.

La personne qui a organisé cette réunion à Larissa affirme que, de telles initiatives et de tels meetings allaient avoir lieu ailleurs, aussi.

Peut-on croire qu’aujourd’hui nous commençons une mise en réseau au niveau national ? espérons …

Nikos Katsaros: C’est quelque chose de très positif et des initiatives comme celle-ci doivent être prises par d’autres personnes dans d’autres parties du pays afin qu’on fasse pression sur les responsables gouvernementaux pour qu’ils nous donnent des réponses responsables, et qu’en même temps ils prennent des mesures concrètes et en informent le peuple grec.

WH: et bien, l’initiative est entre vos mains, maintenant.


 

[1] Ni la comète Phaëton, ni les innombrables autres qui passent à proximité de la Terre ne sont la cause d’un déplacement de l’axe de rotation de notre planète. Au moment du tremblement de terre et tsunami du 26 décembre 2004, il a été effectivement enregistré un « tilt » de l’axe de 2 secondes d’arc et il est revenu à sa position « normale » (par rapport aux étoiles). Note de Claire (astronome). Ce genre d’infos est de la désinformation –ou de l’information mal comprise et déformée- elles contribuent à la nébuleuse de la « conspiration » !

[2] in english : neither the comet « Phaeton », neither the so many others flying by the Earth can be the cause of a rotation axis tilt.     But when the 2004 dec 26 earthquake and tsnunami occuried, a real 2 arc second “tilt” has been registered. It came back in its original place, relelevant to the stars, as soon. Such news are rather dis-information, they make the conspiracy nebula growing.

[3] Attention, ce qui semble insignifiant aujourd’hui peut prendre de l’importance demain. Note de Claire / I would like to know who those –insignificants- are, because it may hide some surprise ! Be careful !

[4] « Hands Off Mother Earth », autres traductions possibles » : « Enlevez les mains de la mère terre » / « Touche pas à la Terre Mère » / « Pas touche à la Terre-Mère » / « Ôte tes mains de la Terre-Mère »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *